Classement des ports les plus performants de la CEMAC: Malabo en tête selon l’indice CPPI 2023

Malabo, le port maritime le plus efficace de la CEMAC

La capitale équato-guinéenne abrite le port le plus performant de la région de la CEMAC selon les dernières données de l’indice de performance des ports à conteneurs (CPPI) 2023. Avec un score de 124,4 au classement mondial, le port de Malabo devance tous les autres ports des pays de la CEMAC en termes d’efficacité dans les opérations portuaires.

Le CPPI mesure principalement le temps d’escale des navires à quai, c’est-à-dire la durée écoulée entre l’arrivée et le départ d’un navire après avoir été chargé ou déchargé. Un temps d’escale réduit indique une meilleure fluidité des opérations logistiques.

La performance remarquable de Malabo reflète les investissements récents réalisés pour moderniser les infrastructures portuaires et fluidifier le trafic maritime dans ce petit pays pétrolier d’Afrique centrale.

Ports gabonais et camerounais bien classés

Après Malabo, ce sont les ports gabonais d’Owendo (357è mondial) et camerounais de Kribi (366è) qui affichent les meilleures performances dans la zone CEMAC selon l’indice CPPI 2023.

Au Gabon, le port d’Owendo a bénéficié ces dernières années de travaux d’extension et de dragage qui ont permis d’accueillir des navires de plus gros tonnage. De nouveaux investissements sont prévus pour accroître encore sa compétitivité.

PortClassement Mondial
Owendo (Gabon)357è
Kribi (Cameroun)366è
Classement mondial des ports (Owendo et Kribi)

Au Cameroun, le nouveau port en eaux profondes de Kribi a été mis en service en 2018, permettant de décongestionner le port historique de Douala. Kribi a déjà dépassé Douala en termes d’efficacité opérationnelle selon le CPPI.

Douala, Pointe-Noire bien loin derrière

Malgré des volumes de trafic importants, les ports historiques de Douala au Cameroun (537è mondial) et de Pointe-Noire au Congo (544è) accusent un sérieux retard en matière de performance opérationnelle selon le CPPI 2023.

  • Engorgements fréquents
  • Manque d’investissements
  • Infrastructures vieillissantes
  • Gestion portuaire perfectible

Ces ports pâtissent de nombreux goulets d’étranglement malgré leur rôle stratégique pour les économies camerounaise et congolaise. Des réformes en profondeur sont indispensables pour rattraper le retard et faire face à la hausse du trafic maritime dans les années à venir.

Compétitivité portuaire, un enjeu clé pour la CEMAC

La compétitivité des ports maritimes est cruciale pour les économies de la CEMAC, très dépendantes des échanges commerciaux extérieurs. Des ports efficaces facilitent les importations d’équipements, biens de consommation et intrants nécessaires, tout en permettant d’exporter plus facilement les produits locaux.

Pour attirer les armateurs et investisseurs étrangers, la modernisation des infrastructures et la simplification des procédures administratives dans les ports de la CEMAC doivent être une priorité. Cela passe par des investissements massifs dans la construction de nouveaux terminaux, l’achat d’équipements de manutention, la formation du personnel portuaire, etc.

Seuls des ports compétitifs permettront d’abaisser les coûts logistiques, facteur clé pour la compétitivité globale des économies de la région.

Publications similaires